L'interview du jour

Salon du Bourget: l’envers du décor de ce gigantesque cirque de l’aviation

Avec 2.400 exposants et 140 avions exposés, le salon du Bourget est le plus grand salon aéronautique du monde. Gros plan sur cette ville éphémère de 20.000 habitants, qui a nécessité six mois de construction.

Du salon du Bourget, on connaît évidemment le côté paillettes: les commandes à coups de milliards de dollars, les chalets ultra-climatisés des industriels, les avions sur le tarmac de l'exposition statique, les voiturettes de golf et berlines de luxe dans les allées. Ce que l'on connaît moins, c'est l'envers du décor de ce gigantesque cirque de l'aviation. Les six mois de montage pour fabriquer les 35.000m2 de chalets. Les 18.000 ouvriers qui travaillent depuis le début de l'année pour aménager les 75 hectares de surface totale. Les 2.000 agents en charge de la sécurité du salon. "On construit en six mois une petite ville de 20.000 habitants, qui va vivre pendant dix jours", résume Gilles Fournier, directeur général délégué du salon.

Pendant cette grosse semaine qui démarre lundi 19 juin, le Bourget devient un peu le centre du monde. Lors de la précédente édition en juin 2015, 296 délégations officielles avaient fait le déplacement, dont 146 délégations militaires, ainsi que 28 ministres étrangers, 40 chefs d'état-major, une dizaine de ministres français, le premier ministre, et le président de la République. L'édition 2017 est bien partie pour égaler, voire dépasser ces chiffres. Le salon affiche complet depuis huit mois, avec près de 2.400 exposants au rendez-vous, soit un peu plus qu'en 2015. 350.000 visiteurs, dont 150.000 professionnels, sont attendus, de même que 300 délégations internationales et 3.000 journalistes. Le président Emmanuel Macron devrait faire le déplacement dès le lundi de l'ouverture, et une douzaine de ministres devraient se succéder dans les allées du salon durant toute la semaine, ainsi que la quasi-totalité des dirigeants du secteur.

Impact économique de 400 millions d'euros

Pour accueillir tout ce beau monde, les PME se contentent de stands dans les halls d'expositions. Un stand nu coûte environ 330 euros du mètre carré. Les versions équipées passent à plus de 500 euros du mètre carré. Les grands groupes, eux, investissent aussi dans des chalets, qui s'étendent sur plus de 2 km le long des pistes, pour accueillir au mieux leurs visiteurs. Il faut compter de 32.000 à 66.000 euros selon le type de chalet, fourni avec électricité et eau courante.  L'industriel prend ensuite à sa charge l'aménagement  (décoration, plantes) et le traiteur. En 2015, le marché de la restauration de luxe lors du Salon a représenté près de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 35% seront réalisés cette année par le traiteur Potel et Chabot, qui a servi en moyenne 3.000 couverts par jour.

En 2015, le salon du Bourget estimait ainsi son impact social à l'équivalent de 1.360 emplois directs et 3.550 emplois indirects (hôtellerie, restauration, transport, commerce local...). Dans le détail, l'impact estimé était de 51 millions d'euros sur l'industrie hôtelière, 27 millions pour la filière restauration, 23 millions pour le commerce local, et 40 millions pour les transports. L'impact du grand raout cette année est estimé à 400 millions d'euros par les organisateurs du salon, entre les 2 millions d'heures de travail pour monter l'événement, la restauration et l'hôtellerie. Pour cette dernière, le salon du Bourget est un des moments forts de l'année, avec des taux d'occupation record et des prix qui peuvent doubler par rapport aux périodes normales.

Deux fois plus de visiteurs que Farnborough

De quoi faire du salon le plus gros événement de ce type? Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation et premier vice-président du Gifas, le groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, n'en doute pas une seconde : "Le salon du Bourget est le plus grand salon aéronautique du monde", assure-t-il. Certes, le salon britannique de Farnborough, qui se tient tous les deux ans en alternance avec le Bourget, revendique aussi, plus ou moins ouvertement, le titre. Mais les chiffres sont têtus, assure-t-on côté français: le Bourget accueille 58% d'exposants de plus que Farnborough,  mais aussi deux fois plus de visiteurs professionnels, et des halls d'exposition deux fois plus étendus. "Nous sommes aussi un des salons les moins chers du monde", assure Gilles Fournier. Le m2 vide est ainsi facturé 355 euros hors taxes, contre 415 euros à Farnborough, 562 à Dubaï et 951 euros à Singapour.

Source : Actu web / Challenges - Article de Vincent Lamigeon (15/06/2017)

VOIR TOUS LES ARTICLES

VOIR LES DOSSIERS ARCHIVÉS
des Bonnes nouvelles de l'industrie

SEPEM INDUSTRIES SUR LE NET 1200 fournisseurs dans tous les domaines

Je visite le salon virtuel

pub

sepem marketing direct