L'interview du jour

La voiture à hydrogène de série sera japonaise

 Le constructeur japonais a lancé fin 2014, au Japon, la Mirai, véhicule de série alimenté par une pile à combustible fonctionnant elle-même à l'hydrogène. Cette voiture propre sera d'abord vendue au Japon, puis en France en 2017. Le prix est prohibitif, mais la technologie prometteuse.

Toyota a surpris tous ses concurrents fin 2014, en annonçant le lancement du premier véhicule de série roulant grâce à une pile à combustible alimentée à l'hydrogène. La Toyota Mirai (« futur » en japonais) est une berline qui sera commercialisée en Europe et aux Etats-Unis en septembre 2015. Le lancement en France est pour 2017. Sous son capot, un moteur 100 % électrique alimenté par une pile à hydrogène : tout le contraire d'une batterie, car l'électricité est produite en continu (par électrolyse inversée des atomes de dihydrogène) et non stockée. 

Avec un plein de H2 effectué sous haute pression en trois minutes chrono, la Mirai peut rouler 650 km dans un silence parfait, avec des accélérations dignes d'un moteur thermique (154 CV) et zéro émission de CO2. Toyota annonce un zéro à 100 km/h en neuf secondes... Exit les problèmes de performance, d'autonomie et de recharge qui plombent la voiture électrique. Selon le constructeur, « c'est le modèle par excellence de la voiture propre ». D'autant que l'hydrogène, partout présent dans l'eau, est une ressource quasi illimitée contrairement au pétrole... sur le papier. Car c'est oublier que ce gaz est pour l'heure essentiellement produit dans des raffineries en « crackant » ces mêmes hydrocarbures qui contribuent salement au réchauffement climatique.

En tout état de cause, la route de la voiture à hydrogène est encore longue. Outre son prix prohibitif (66 000 euros hors taxes !) et la mauvaise réputation de l'hydrogène en matière de sécurité (ce gaz hautement inflammable a provoqué la tragédie du Zeppelin Hindenburg en 1937), la bombe H de Toyota risque de caler sur un gros frein : l'absence de réseau de distribution.

Aujourd'hui, il n'existe que quelques dizaines de pompes à hydrogène dans le monde. Et le Français Air Liquide, un des premiers producteurs mondiaux d'hydrogène, a beau annoncer 12 nouvelles stations aux Etats-Unis, il faudra un sacré coup d'accélérateur pour que l'automobiliste monte à bord de la Mirai sans craindre la panne sèche. Selon Didier Leroy, patron de Toyota Europe, « une station coûte de 800 000 à 2 millions d'euros. La montée en régime de nos ventes de véhicules sera liée à la capacité de développement des infrastructures de distribution. »

Pléiade d'annonces Le PDG de Toyota, Akio Toyoda, promet pourtant « un tournant dans l'histoire de l'automobile. » Le constructeur espère vendre 400 Mirai au Japon d'ici à fin 2015 et plus de 3 000 aux Etats-Unis d'ici à 2017. Mais le géant japonais table sur « des dizaines de milliers de voitures à hydrogène vendues dans les années 2020 ». Il faut se souvenir qu'il y a quinze ans, personne ou presque ne croyait à la Prius hybride : elle s'est vendue à 7 millions d'exemplaires depuis 1997.

Jusque-là échaudés par les coûts de développement, les constructeurs n'hésitent plus à dévoiler leurs projets. Honda a annoncé sa propre FCV (Fuel Cell Combustible) pour 2016 et Audi, General Motors ou encore Nissan devraient embrayer. Ce dernier a dévoilé au Mondial 2014 un concept de petit SUV 4×4 baptisé Terra qui « préfigure le véhicule à pile à combustible que Nissan va développer avec Daimler en 2016 », indique François Bancon, responsable production et stratégie chez le constructeur à Tokyo. D'ici là, Mercedes avait présenté, dès 2014, une Classe B équipée d'une pile à combustible, puis, en 2015, la version hydrogène de la Classe C. « Vers 2016, nous lancerons une Opel à hydrogène dont le prix devrait avoir rejoint, en 2020, celui des voitures thermiques », indique Gérard Planche, responsable du programme chez Opel à Berlin. 

Karim BOUDEHANE, pour Le Journal de la Production n° 128 - Mars/Avril 2015

VOIR TOUS LES ARTICLES

VOIR LES DOSSIERS ARCHIVÉS
des Bonnes nouvelles de l'industrie

SEPEM INDUSTRIES SUR LE NET 1200 fournisseurs dans tous les domaines

Je visite le salon virtuel

pub

MyFactoryPlace