L'interview du jour

Fonderie de Niederbronn : « Avec nos prochains alliages, nos clients pourraient faire jusqu’à 50% d’économie ! »

Fonderie de Niederbronn : « Avec nos prochains alliages,
nos clients pourraient faire jusqu'à 50% d'économie ! »

Situation géographique :
Située en Alsace, la FONDERIE DE NIEDERBRONN s'étend sur une surface de 6 hectares.

Spécialité :
Production industrielle de pièces en fonte grise EN-GJL200, EN-GJL250 et EN-GJL300, jusqu'à 750kg.

Capacité de production :
30 000 TONNES de fonte grise par an

Effectifs :
217 CDI, 43 intérimaires.

Chiffres et dates clés :
12 millions d'euros investis pour refaire entièrement l'outil de travail
700 000 euros investis dans des essais récents de fusion
Mars 2013 : fin du partenariat exclusif entre la Fonderie et la marque Alsacienne De Dietrich.
Juillet 2013 : premiers essais réussis de fonte GS

Dans un climat morose et une région en quête de nouveaux marchés, la Fonderie de Niederbronn installée en Alsace a su tirer son épingle du jeu. Investissements de plusieurs millions d'euros, rénovation du matériel de fabrication, recrutement de nouveaux dirigeants...
les choix stratégiques semblent porter leurs fruits. Luc Maurin, Pdg depuis seulement quelques mois, nous livre les clés de son succès. Ou quand l'industrie nous annonce ses bonnes nouvelles...

Sepem : Vous êtes là depuis quelques semaines seulement et les premiers grands changements se font sentir. Qu'avez-vous mis en place aussi rapidement ?

Luc Maurin : Avant tout, une diversification de la production et la recherche de nouveaux marchés internationaux. Pour comprendre les choix que nous venons d'effectuer, il est important de resituer le contexte dans lequel je suis arrivé. Cette fonderie a fabriqué, pendant des années, des corps en fonte pour chaudière pour la marque de Dietrich, qui était son seul et unique client. Il y a 5 ans, de Dietrich a décidé de céder sa fonderie et de cesser les chaudières en fonte. Elle l'a alors cédé à un actionnaire américain, un très gros industriel avec lequel elle s'est engagée jusqu'en mai 2013, par un contrat d'exclusivité. Ce contrat a pris fin tout récemment, un mois après mon arrivée. Il a donc fallu réfléchir très vite, à une diversification de la production car la vente de corps de chaudière en fonte est en baisse.
Désormais, nous n'avons plus aucune garantie ni de chiffre, ni de volume, il était donc temps de se diversifier.

Sepem : Quels choix stratégiques avez-vous effectués ?

Luc Maurin : si le marché des chaudières en fonte semble en déclin, je pense qu'il n'est pas condamné. De plus, si le marché des pièces mécaniques était atone jusqu'à présent, on sent une petite reprise sur un plan européen. Nous allons donc nous tourner d'abord vers notre plus proche voisin, l'Allemagne ! Si l'usine est située tout près de la frontière allemande, la Fonderie ne consacre actuellement que 6% de son Chiffre d'Affaires à l'export, ce qui est très faible. L'Allemagne étant l'un des plus gros importateur de fonte d'Europe, il est donc primordial dans nos objectifs de développer l'export avec ce pays ! Nous allons donc sous peu recruter un technico-commercial germanophone. Avis aux amateurs !

Sepem : Vous êtes en phase de recrutement, vous cherchez d'autres postes ?

Luc Maurin : Oui en effet, si actuellement, nous sommes capables de produire 2 types de fonte, notre objectif à moyen terme est d'arriver à en produire une quinzaine de différentes. Nous devons pour cela parfaire nos compétences techniques en recrutant un ingénieur spécialisé en fonderie. Avec la mise en place d'un bureau des méthodes, nous pourrions alors, tous ensemble, travailler à de nouveaux process. Et devenir des concepteurs de pièces et non plus de simples réalisateurs. Nous serions alors pour nos clients de véritables forces de proposition, avec l'avantage de réduire le coût des pièces entrainant une diminution des coûts pour nos clients. Je pense que nous serons opérationnels d'ici 18 à 24 mois.

Sepem : Par quels moyens allez- vous réduire les coûts pour vos clients ?

Luc Maurin : Aujourd'hui, nos clients, les grands donneurs d'ordre de l'industrie achètent des pièces en acier forgé ou en acier moulé, parce que c'est tout ce qui existe sur le marché, jusqu'à présent. Nous pensons à la Fonderie de Niederbronn que la fonte, une fonte particulière bien entendu, pourrait être utilisée. Les clients pourraient ainsi gagner jusqu'à 50% sur le prix du produit (la fonte étant moins chère) et nous nous serions toujours assurés de marge confortable. Avec cette solution idéale tout le monde serait gagnant.

Sepem : A quel type de fonte faites-vous référence ?

Luc Maurin : Nous venons d'investir 700 000 euros dans la fusion, ce qui nous permet de diversifier la fonte produite. Et les premiers résultats semblent concluants. Nous avons l'ambition de produire une fonte ductile GS qui intéresse fortement le monde de l'industrie lourde. Nous avons fait un 1er essai, début juillet et on peut dire que c'est une réussite. C'est donc pour nous une grande satisfaction que nous soyons capables dans cette fonderie de faire des alliages de la sorte !

Sepem : Quels sont les principaux atouts de la Fonderie de Niederbronn ?

Luc Maurin : Des deux principaux atouts de la Fonderie, le premier est d'avoir un personnel très motivé qui a la volonté d'avancer ensemble et l'envie de diversifier ses compétences. Même si de nombreux investissements ont été effectués dans les années 2010, les équipes ont besoin d'apprendre de nouvelles technologies et de nouvelles méthodes et sont disposées à le faire. Nos équipes ont un savoir-faire unique mais peut-être un peu trop spécialisé. Notre rôle, au nouveau directeur technique et moi-même est de permettre à chacun de diversifier ses compétences afin d'optimiser les capacités de l'entreprise.

« Plus de 12 millions d'euros ont été investis pour en faire un outil de travail unique »

Luc Maurin : Autre atout et non des moindres, la Fonderie est un magnifique outil de travail tout neuf. Quand l'investisseur américain a repris l'usine, c'est plus de 12 millions d'euros qui ont été investis pour en faire un outil de travail unique avec une capacité exemplaire. Ce genre de machine qui fabrique des pièces à des tailles exceptionnelles n'existe que peu ou pas sur le marché français. Donc nos produits peuvent tout à fait intéresser l'industrie du camion, du génie civil, des travaux publics, compresseurs, etc. Si nous savons être créatifs, beaucoup de marchés s'ouvriront à nous !


 

VOIR TOUS LES ARTICLES

VOIR LES DOSSIERS ARCHIVÉS
des Bonnes nouvelles de l'industrie

SEPEM INDUSTRIES SUR LE NET 1200 fournisseurs dans tous les domaines

Je visite le salon virtuel

pub

sepem marketing direct