L'interview du jour

Deux Français sacrés meilleurs inventeurs européens...

 Cocorico ! Deux Français ont été primés, jeudi 11 juin, au Prix de l'inventeur européen 2015 remis à Paris par l'Office européen des brevets. Ludwik Leibler, inventeur du matériau révolutionnaire vitrimère, a reçu le Prix de l'inventeur européen dans la catégorie "recherche" et les pionniers de la technologie NFC, le Français Philippe Maugars et l'Autrichien Franz Amtmann, ont été distingués dans la catégorie "industrie".

Le premier est à l'origine du vitrimère, une matière inédite qui passe de l'état liquide à l'état solide ou inversement, comme le verre. Elle présente les mêmes qualités de légèreté, de résistance et d'insolubilité que les résines thermodurcissables ou les caoutchoucs utilisés par l'industrie, tout en étant façonnable à volonté, réparable et recyclable sous l'action de la chaleur. Ce matériau est donc beaucoup plus écologique car il permet d'économiser des tonnes de déchets plastiques.

Pour exemple, la production de planches de surf, dont 750.000 unités sont fabriquées chaque année, génère 220.000 tonnes de CO2. Or utiliser du vitrimère  pourrait permettre de "ressouder" des planches cassées et ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre. La vitrimère pourrait par ailleurs concurrencer les métaux et trouver des applications dans l'électronique, l'automobile, la construction, l'aéronautique ou l'imprimerie.

 
 
 
 

Paiement même avec très peu de batterie

Philippe Maugars et son équipe ont été quant à eux primés pour leur contribution à la technologie de transfert NFC. Derrière ce nom un peu barbare se cache une technologie très usitée au quotidien. C'est notamment les petites ondes dessinées sur les cartes bleues qui signifient que la CB permet le paiement sans contact. Ou encore le smartphone comme moyen de paiement électronique. Pas besoin d'entrer son code PIN pour finaliser son achat, il suffit de rapprocher son mobile du terminal de paiement.

Philippe Maugars et son équipe ont fait breveter un procédé permettant à la technologie NFC d'effectuer la transaction même en cas de faible charge de l'appareil. D'autres applications sont en développement pour les montres connectées. La technologie NFC s'invite aussi à la maison pour gérer ces spots par exemple, ou même dans l'industrie, notamment dans la gestion des stocks ou la logistique. "Dans le futur, on peut imaginer utiliser cette application dans les chaînes de montage où le produit en fabrication pourrait informer la machine qu'il contient une anomalie", ajoute Philippe Maugars qui voit là un bon outil de traçabilité.

4 Français parmi les finalistes

Dans l'ensemble, l'Hexagone était à l'honneur puisque 4 Français figuraient parmi les 15 finalistes de cette 10e édition (voir leurs profils dans le diaporama ci-dessous). "Cela montre la bonne santé de la France en termes d'innovation", note Rainer Osterwalder, porte-parole et expert de l'Office européen des Brevets. Les dépôts français de brevets ont augmenté de 4% l'année dernière à 12.900 unités, contre une moyenne de 1,2% en Europe, soit la plus forte croissance depuis 2008.

Avec ces chiffres, la France consolide sa 6ème place auprès de l'OEB avec 5% du total des demandes de brevets européens"Surtout, leur nombre était très stable même pendant les années de crises", constate Rainer Osterwalder. Le portefeuille technologique comprend essentiellement des innovations dans la communication numérique, les transports et l'informatique, dont l'ensemble provient pour un tiers d'auteurs individuels, de PME, centres de recherche -les autres deux tiers des brevets déposés au niveau européens venant d'entreprises de plus de 400 salariés.

Article de Chloé Dussapt, pour le magazine économique Challenges - www.challenges.fr

Pour lire l'article original >> Cliquez ici...

VOIR TOUS LES ARTICLES

VOIR LES DOSSIERS ARCHIVÉS
des Bonnes nouvelles de l'industrie

SEPEM INDUSTRIES SUR LE NET 1200 fournisseurs dans tous les domaines

Je visite le salon virtuel

pub

sepem marketing direct